Pierre Lemaitre, Couleurs de l'incendie, Albin Michel   

Février 1927. Le Tout-Paris assiste aux obsèques de Marcel Péricourt. Sa fille, Madeleine, doit prendre la tête de l'empire financier dont elle est l'héritière, mais le destin en décide autrement. Son fils, Paul, d'un geste inattendu et tragique, va placer Madeleine sur le chemin de la ruine et du déclassement.
Face à l'adversité des hommes, à la cupidité de son époque, à la corruption de son milieu et à l'ambition de son entourage, Madeleine devra déployer des trésors d'intelligence, d'énergie mais aussi de machiavélisme pour survivre et reconstruire sa vie. Tâche d'autant plus difficile dans une France qui observe, impuissante, les premières couleurs de l'incendie qui va ravager l'Europe.
Couleurs de l'incendie est le deuxième volet de la trilogie inaugurée avec Au revoir là-haut, prix Goncourt 2013, où l'on retrouve l'extraordinaire talent de Pierre Lemaitre. [Source : Site de l'éditeur]

Fin
 Elisabeth Quin, La nuit se lève, Grasset 

“La vue va de soi, jusqu’au jour où quelque chose se détraque dans ce petit cosmos conjonctif et moléculaire de sept grammes, objet parfait et miraculeux, nécessitant si peu d’entretien qu’on ne pense jamais à lui…”
Elisabeth Quin découvre que son œil est malade et qu’un glaucome altère, pollue, opacifie tout ce qu’elle regarde. Elle risque de perdre la vue. Alors commence le combat contre l’angoisse et la maladie, nuits froissées, peur de l’aube, fragilité de cet œil soudain osculté, trempé de collyres, dilaté, examiné, observateur observé…
Elisabeth Quin raconte, avec une sincérité magnifique, cette traversée dont nul ne voudrait - maladie, destin ou don, comment savoir, qui change son quotidien en secret, et le secret en vie quotidienne. Nous l’accompagnons chez les médecins – et c’est Molière, de drôlerie, d’incertitudes, de sciences fausses ou vraies, avec de rares grands humains. Nous la suivons chez les marabouts, qui veulent la protéger de notre regard. Nous découvrons ses lectures, de Lusseyran à Hervé Guibert et Jim Harrison. Et comme elle, nous travaillons nos sens : fermer les yeux sous la douche ; marcher dans la forêt, la main dans celle de son compagnon ; écouter les oiseaux ; penser aux paysages ; écouter la nuit ; s’imaginer sans miroir, vue et malvoyante, prisonnière mais au-delà…
La nuit se lève est ce récit, d’une beauté sublime, drôle à chaque page, terrifiant parfois, métaphysique malgré lui, sensuel, vivace – et contre toute attente, une marche vers la sagesse. [Source : site de l'éditeur] 

Fin

 Andreï Makine, L'Archipel d'une autre vie, Seuil 

Aux confins de l’Extrême-Orient russe, dans le souffle du Pacifique, s’étendent des terres qui paraissent échapper à l’Histoire…
Qui est donc ce criminel aux multiples visages, que Pavel Gartsev et ses compagnons doivent capturer à travers l’immensité de la taïga ?
C’est l’aventure de cette longue chasse à l’homme qui nous est contée dans ce puissant roman d’exploration. C’est aussi un dialogue hors du commun, presque hors du monde, entre le soldat épuisé et la proie mystérieuse qu’il poursuit. Lorsque Pavel connaîtra la véritable identité du fugitif, sa vie en sera bouleversée.
La chasse prend une dimension exaltante, tandis qu’à l’horizon émerge l’archipel des Chantars : là où une « autre vie » devient possible, dans la fragile éternité de l’amour.

Andreï Makine, né en Sibérie, a publié une douzaine de romans traduits en plus de quarante langues, parmi lesquels Le Testament français (prix Goncourt et prix Médicis 1995), La Musique d’une vie (prix RTL-Lire 2001), et plus récemment Une femme aimée. Il a été élu à l’Académie française en 2016. [Source : site de l'éditeur]

Fin

 

 

 

 

 

Patrice Pellerin, L’Épervier, Dupuis  

Aux yeux des uns, il est Yann de Kermeur, noble breton au passé obscur. Pour les autres, c'est L'Épervier, corsaire prestigieux. Pour tous, il est redoutable. Mais accusé d'un meurtre qu'il n'a pas commis, pourchassé, traqué, il se retrouve seul face à la haine de ses accusateurs... L'Épervier devra déployer ses ailes pour entraîner ses adversaires sur son terrain de prédilection : l'océan et ses fureurs. [Source : site de l'éditeur]

Fin

Craig Johson, Little bird, Gallmeister

PRIX DU ROMAN NOIR NOUVEL OBS/BIBLIOBS
Après vingt-quatre années passées au bureau du shérif du comté d'Absaroka, dans le Wyoming, Walt Longmire aspire à finir sa carrière en paix. Ses espoirs s'envolent quand on découvre le corps de Cody Pritchard près de la réserve cheyenne. Deux années auparavant, Cody avait été un des quatre adolescents condamnés avec sursis pour le viol d'une jeune indienne, Melissa Little Bird, un jugement qui avait avivé les tensions entre les deux communautés. Aujourd'hui, il semble que quelqu'un cherche à se venger. Alors que se prépare un blizzard d'une rare violence, Walt devra parcourir les vastes espaces du Wyoming sur la piste d'un assassin déterminé à parvenir à ses fins.

Avec Little Bird, premier volet des aventures de Walt Longmire, Craig Johnson nous offre un éventail de personnages dotés d'assez de sens du tragique et d'humour pour remplir les grandes étendues glacées des Hautes Plaines.
À PROPOS DU LIVRE
Little Bird, premier roman de la série Walt Longmire, a été couronné par le prix du roman noir Nouvel Obs/Bibliobs et sélectionné par LIRE parmi les meilleurs polars de l'année. La série télé Longmire rencontre un vif succès aux États-Unis depuis juin 2012 et en France depuis novembre 2013. Vous pouvez en visionner la galerie des photos et des extraits ici et là pour la version française.
DANS LA PRESSE
L'Américain Craig Johnson, ex-prof d'université, ex-flic, débarque en France avec la première enquête de son héros, ce Walt sauvage et attendrissant. Il faut saluer son sens de la narration – débridée, sensuelle – qui n'hésite pas à entremêler le tragique au loufoque. Little Bird fête nos retrouvailles avec le grand roman américain, celui des Jim Harrison, des James Welch, inlassables chasseurs d'histoires, amis des destins brisés et de la nature bafouée...
Martine Laval, TÉLÉRAMA

Ce romancier prend ses personnages à bras-le-corps, comme pour les étreindre, les cogner, les comprendre. Il y a chez lui du lyrisme, de l’humour, un goût très sûr des dialogues et un sens émerveillé de la nature, du tragique aussi. À chaque page de Little Bird, tout vit, tout bruisse, tout menace, tout enchante. On pourrait encore parler de roman policier puisqu’il y est question de vie ou de mort, de crimes et de châtiments. Mais n’est-ce pas de l’essentiel, tout simplement, qu’il s’agit là ?
Frédéric Vitoux, LE NOUVEL OBSERVATEUR [Source : site de l'éditeur]

 

Fin

 

Mozart, Don Giovanni, Peters
  Don Giovanni, K. 527 (Don Juan en français), est un opéra en deux actes et en langue italienne du genre « dramma giocoso » (« drame joyeux ») de Wolfgang Amadeus Mozart, créé à Prague le 29 octobre 1787, sur un livret de Lorenzo da Ponte inspiré du mythe de « don Juan ».
[Source : Wikipédia]

FinJean Pierre Fréjaville, Les dangers des produits domestiques, Points Seuil
     

Guide pratique, et récréatif !

Fin

 

 

Sommaire des réunions du modeste Cercle