Nadia Murad, Pour que je sois la dernière, Fayard

   Nadia Murad, aujourd’hui porte-parole du peuple yézidi, raconte dans un récit bouleversant le massacre des siens par l’État islamique puis son enlèvement et les mois de captivité au cours desquels elle a été réduite en esclavage par Daech.
La vie de Nadia Murad a basculé le 15 octobre 2014, lorsque les djihadistes de Daech sont entrés dans le petit village de Kocho, en Irak. Ce jour-là, après avoir rassemblé tous les habitants de cette communauté yézidie dans l’école, les terroristes les ont méthodiquement tués ou kidnappés. L’horreur avait été programmée : les hommes qui refusaient de se convertir à l’islam devaient rejoindre dans les fosses les femmes jugées trop vieilles pour servir. Et parmi elles, la mère de Nadia Murad.
La jeune Yézidie est emmenée à Mossoul avec des milliers d’autres jeunes fi lles pour y être vendue. Servante, esclave sexuelle, elle devient la prisonnière de combattants de l’État islamique, jusqu’à sa fuite miraculeuse, grâce à l’aide d’une famille irakienne sunnite.
Nadia Murad, meurtrie par la disparition de tant des siens et par ce qu’elle a subi, vit aujourd’hui en Allemagne. Malgré les humiliations, elle a décidé de prendre la plume pour tout raconter. Pas pour elle, puisqu’il est déjà trop tard, mais pour tous les Yézidis et pour toutes les autres femmes victimes de violences.
Aujourd’hui, Nadia Murad n’a qu’un seul souhait : « Être la dernière fille au monde à avoir à raconter une histoire pareille. »
Ce livre est son histoire. [Source : Site de l'éditeur]

Fin
 Læétitia Colombani, La tresse, Grasset

   Trois femmes, trois vies, trois continents. Une même soif de liberté.
 
  Inde. Smita est une Intouchable. Elle rêve de voir sa fille échapper à sa condition misérable et entrer à l’école.
 
  Sicile. Giulia travaille dans l’atelier de son père. Lorsqu’il est victime d’un accident, elle découvre que l’entreprise familiale est ruinée.
 
  Canada. Sarah, avocate réputée, va être promue à la tête de son cabinet quand elle apprend qu’elle est gravement malade.
 
  Liées sans le savoir par ce qu’elles ont de plus intime et de plus singulier, Smita, Giulia et Sarah refusent le sort qui leur est destiné et décident de se battre. Vibrantes d’humanité, leurs histoires tissent une tresse d’espoir et de solidarité. [Source : site de l'éditeur] 

Fin

 Sue Hubbell, Une année à la campagne, Gallimard

    Un jour, Sue Hubbell, biologiste de formation, ayant travaillé comme bibliothécaire, lasse de vivre en marge de la société de consommation de l'Est américain, décide de changer de vie. Avec son mari, elle part à la recherche d'un endroit où ils pourraient vivre loin des villes, suivant l'exemple du poète Thoreau. Après avoir cherché, ils trouvent cette ferme dans les monts Ozark, au sud-est du Missouri, et, ne connaissant rien à l'agriculture ni à l'élevage, ils décident de créer une «ferme d'abeilles». Alors commence pour Sue Hubbell une aventure dont elle n'imagine pas les conséquences. Les saisons, les années passent, maintenant dans la solitude car son mari l'a quittée, et cette femme qui n'avait de la nature qu'une connaissance théorique découvre lentement l'immensité de l'univers qu'elle s'est choisi : sur ces quelques hectares de collines où, depuis la disparition des Indiens Osages, aucun être humain ne s'est vraiment arrêté, la vie a établi ses lois et ses règles, tissant un réseau de dépendances entre tous les habitants : les plantes, les insectes, les araignées, les serpents, les oiseaux, les mammifères, et même les parasites et les bactéries. L'entrée dans ce monde n'est pas simple. Pour Sue Hubbell, c'est un véritable bouleversement. Elle qui croyait tout savoir de la vie animale découvre sur ces arpents de terre que la vie naturelle est un bien meilleur professeur, parce qu'elle ne donne pas la même réponse à toutes les questions, et qu'elle laisse le savoir germer et mûrir comme tout ce qui est vivant et vrai.
J.M.G. Le Clézio. [Source : site de l'éditeur]

 Fin

 

 

Isabelle de Boubon-Parme, Je meurs d'amour pour toi, Le Livre de Poche
  Petite-fille de Louis XV, Isabelle de Bourbon-Parme épouse en 1760 le futur empereur Joseph II. Femme exceptionnelle, qui appartient au club très fermé des princesses philosophes, elle séduit la cour de Vienne et tombe éperdument amoureuse de sa belle-soeur, l'archiduchesse Marie-Christine. Ses lettres et billets révèlent un caractère, des sentiments, une intelligence hors du commun. Elle meurt à 22 ans.  [Source : site de l'éditeur]

Fin

Delphine Minoui, Les Passeurs de livres de Daraya — Une bibliothèque secrète en Syrie, Le Seuil
    De 2012 à 2016, la banlieue rebelle de Daraya a subi un siège implacable imposé par Damas. Quatre années de descente aux enfers, rythmées par les bombardements au baril d’explosifs, les attaques au gaz chimique, la soumission par la faim. Face à la violence du régime de Bachar al-Assad, une quarantaine de jeunes révolutionnaires syriens a fait le pari insolite d’exhumer des milliers d’ouvrages ensevelis sous les ruines pour les rassembler dans une bibliothèque clandestine, calfeutrée dans un sous-sol de la ville.
Leur résistance par les livres est une allégorie : celle du refus absolu de toute forme de domination politique ou religieuse. Elle incarne cette troisième voix, entre Damas et Daech, née des manifestations pacifiques du début du soulèvement anti-Assad de 2011, que la guerre menace aujourd'hui d'étouffer. Ce récit, fruit d'une correspondance menée par Skype entre une journaliste française et ces activistes insoumis, est un hymne à la liberté individuelle, à la tolérance et au pouvoir de la littérature.
Delphine Minoui est grande reporter au Figaro, spécialiste du Moyen-Orient. Prix Albert Londres 2006 pour ses reportages en Iran et en Irak, elle sillonne le monde arabo-musulman depuis 20 ans. Après Téhéran, Beyrouth et Le Caire, elle vit aujourd'hui à Istanbul, où elle continue à suivre de près l’actualité syrienne. Elle est également l'auteur des Pintades à Téhéran (Jacob-Duvernet), de Moi, Nojoud, dix ans, divorcée (Michel Lafon), de Tripoliwood (Grasset) et de Je vous écris de Téhéran (Seuil). [Source : site de l'éditeur]

 

Fin

 

Valérie Manteau, Le Sillon, Le Tripode
   « Je rêve de chats qui tombent des rambardes, d’adolescents aux yeux brillants qui surgissent au coin de la rue et tirent en pleine tête, de glissements de terrain emportant tout Cihangir dans le Bosphore, de ballerines funambules aux pieds cisaillés, je rêve que je marche sur les tuiles des toits d’Istanbul et qu’elles glissent et se décrochent. Mais toujours ta main me rattrape, juste au moment où je me réveille en plein vertige, les poings fermés, agrippée aux draps ; même si de plus en plus souvent au réveil tu n’es plus là. »
Récit d’une femme partie rejoindre son amant à Istanbul, Le Sillon est, après Calme et tranquille (Le Tripode, 2016), le deuxième roman  de Valérie Manteau.

FinJames Patterson, Le Jeu du Furet, Jean-Claude Lattès.
     "Au fait, je suis la Mort. Et vous êtes mon fantasme du week-end". C'est la dernière phrase qu'entendra Nina Childs après être montée dans le taxi qu'elle venait d'arrêter. Bouquet de fleurs à la main et sourire aux lèvres, la ravissante infirmière ignorait qu'un tueur maléfique piégeait ainsi ses proies. Son corps est retrouvé un peu plus tard dans la cave d'une maison délabrée d'un quartier déshérité de Washington. L'inspecteur principal Alex Cross et son collègue et ami fidèle Sampson sont doublement affectés par ce crime. Tous deux connaissaient Nina dont ils appréciaient la compétence et la gentillesse, et de voir la manière dont son meurtrier s'est acharné sur elle, à coups de poing et à coups de pied, les met en rage. Le week-end suivant, Alex réunit chez lui Sampson et trois autres policiers. Depuis plusieurs semaines, ils travaillent en marge de leur hiérarchie pour tenter d'identifier l'auteur des nombreux meurtres qui ont eu lieu ces derniers mois dans le quartier pauvre de la ville. Cross a réussi à dresser le profil du psychopathe. Mais sera-t-il de taille à réagir contre ce "furet" lorsque celui-ci va s'attaquer à Christine, la femme qu'il allait épouser ?

  "James Patterson est l'auteur d'une série consacrée à Alex Cross, un inspecteur noir de la police criminelle, titulaire d'un doctorat en psychologie, qui traque les tueurs en série. La nouvelle chasse qu'il est obligé de mener prend des dimensions internationales et l'affecte au plus profond de sa vie intime. On appréciera une fois encore les grandes qualités humaines de ce policier narrateur qu'on peut retrouver dans Le Masque de l'araignée, Et tombent les filles ou Au chat et à la souris." (Claude Mesplède)
Véritables meurtres sur fond de jeux virtuels. Un auteur qui confirme son talent d'écrivain dans ce nouveau suspense implacable.
[Source : site de l'éditeur]

Fin

 

 

Sommaire des réunions du modeste Cercle