Deborah Devonshire, Les Humeurs d'une châtelaine anglaise, Payot

  Née en 1920, Deborah Devonshire est la cadette et la dernière représentante des six légendaires soeurs Mitford, qui défrayèrent la chronique en Grande-Bretagne. Devenue duchesse de Devonshire et châtelaine de Chatsworth, elle se chargea de restaurer ce Versailles anglais.
Ses chroniques, qui ont enthousiasmé la presse française, distillent le must de l’humour Mitford. La duchesse douairière vous parle avec la même verve de son enfance excentrique, de ses poules bien vivantes ou en porcelaine, de son dieu Elvis Presley, des vêtements inusables qu’elle achète dans les foires agricoles, de son sac à main bourré de rations de survie ou encore de ces visiteurs de Chatsworth qui croient qu’elle porte un diadème du matin au soir.

« Une hilarante cure d’excentricité anglaise. » (Marc Lambron, Le Point.)

 

Fin
 
Jerôme K. Jerôme, Trois hommes dans un bâteau     

Las de la vie qu’ils mènent à Londres, trois amis décident de prendre des vacances. Malgré les protestations du chien Montmorency, les voilà partis en bateau sur la Tamise, bien résolus à mener une vie saine, heureux de découvrir les charmes de la campagne anglaise. Mais ils n’avaient pas compté avec ces événements capables de transformer le moindre voyage en une pittoresque aventure… et un simple récit en chef-d’œuvre de l’humour anglais.

Fin

Ramon GÓMEZ DE LA SERNA, Seins, Actes Sud

Inventaire fou, baroque et délirant d'un adorateur...

Fin

Haruki MURAKAMI, L’incolore Tsukuru Tazaki et ses années de pèlerinage, 10/18.

« Depuis le mois de juillet de sa deuxième année d’université jusqu’au mois de janvier de l’année suivante, Tsukuru Tazaki vécut en pensant presque exclusivement à la mort. »

À Nagoya, ils étaient cinq amis, inséparables. Puis Tsukuru a gagné Tokyo. Un jour, ils lui ont signifié qu’ils ne voulaient plus jamais le voir. Sans raison. Pendant seize ans, celui qui est devenu architecte a vécu séparé du monde. Avant de rencontrer Sara. Pour vivre cet amour, Tsukuru va entamer son pèlerinage, et confronter le passé pour comprendre ce qui a brisé le cercle.Renouant avec le réalisme onirique de ses débuts, le maître conteur de la trilogie 1Q84 tisse une fable initiatique d’une envoûtante étrangeté, à la mélancolie apaisée.

« Entrer dans ce livre, c’est comme faire un rêve dont on sait d’avance qu’on se réveillera plus heureux. »Elle

 

Fin

Claude Moisy, Richard Nixon : enfance et adolescence, Autrement

Le milieu familial, l'enfance, l'adolescence et la formation de cet ancien président des États-Unis.

 

Fin


 

Leïla Slimani, Chanson douce, Gallimard

Lorsque Myriam, mère de deux jeunes enfants, décide malgré les réticences de son mari de reprendre son activité au sein d'un cabinet d'avocats, le couple se met à la recherche d'une nounou. Après un casting sévère, ils engagent Louise, qui conquiert très vite l'affection des enfants et occupe progressivement une place centrale dans le foyer. Peu à peu le piège de la dépendance mutuelle va se refermer, jusqu'au drame.
À travers la description précise du jeune couple et celle du personnage fascinant et mystérieux de la nounou, c'est notre époque qui se révèle, avec sa conception de l'amour et de l'éducation, des rapports de domination et d'argent, des préjugés de classe ou de culture. Le style sec et tranchant de Leïla Slimani, où percent des éclats de poésie ténébreuse, instaure dès les premières pages un suspense envoûtant.

 


Fin

Joëlle Jolivet, Jean-Luc Fromental, Os'Court, Hélium
  

Un album extraordinaire signé Fr(os)mental et J(os)livet, parfait cadeau de fin d’année... avec une jaquette qui se transforme en p(os)ter-squelette. 

« – À moelle ! Os’cours ! Police ! » s’époumone la Miss, propageant la terreur à travers tout le bourg. (Les squelettes ont horreur des fantômes qui courent.) 
Au détective Sherlos, la femme épouvantée affirme n’avoir vu qu’une forme confuse, qui s’est carapatée avec son humérus… » 

La tranquille ville d’Ostendre – 1275 âmes, 270 300 os–, est soudain frappée d’un mystérieux péril : une créature non identifiée dérobe des os aux squelettes terrifiés… Heureusement, le fameux détective Sherlos, armé de sa pipe (et d’une calculette), mène l’enquête, et découvre sans tarder de quoi il retourne ! 
La truculence de Jean-Luc Fromental, des illustrations très fifties en trois couleurs sur noir imaginées par Joëlle Jolivet, de drôles d’évènements qui rythment toute l’affaire… tandis que le lecteur apprendra, au fil des pages, ce que sont le coccyx, le péroné ou… l’astragale ! 

.

Fin

Colum McCANN, Les saisons de la nuit, Belfond
 
Le roman qui a révélé Colum McCann, la superbe évocation d'une famille noire-américaine à New York, tout au long du XXe siècle.
À travers l'extraordinaire portrait d'une famille d'ouvriers américains, du début du siècle à nos jours, Colum McCann impose un univers romanesque d'une rare puissance, et une prose d'une beauté rude et lumineuse. New York, 1916. Des terrassiers creusent les tunnels du métro sous l'East River. Des noirs, comme Nathan Walker, venu de sa Géorgie natale, des Italiens, des Polonais, des Irlandais... Pendant les dures heures de labeur dans les entrailles de la terre, une solidarité totale règne entre eux. Mais, à la surface, chacun garde ses distances, jusqu'au jour où un accident spectaculaire établit entre Walker et un de ses compagnons blancs un lien qui va sceller le destin de leurs descendants sur trois générations. Manhattan, 1991. Sous le bourdonnement trépidant de la ville, un certain Treefrog, qu'un secret honteux a réduit à vivre dans ces mêmes tunnels, endure les rigueurs d'un hiver terrible, aux côtés d'autres déshérités réfugiés dans ce monde obscur. Soixante-quinze ans séparent Nathan Walker de Treefrog, soixante-quinze ans marqués par le racisme, la pauvreté, les tabous sociaux et les bonheurs furtifs. Deux récits, d'abord parallèles, qui vont finir par se rejoindre et s'entrecroiser pour former une seule et même histoire d'amour et de rédemption.

Fin

Sommaire des réunions du modeste Cercle